D. Moscou (RUS) – CVB 52 HM (FRA) 3-1

Le moche coup de Moscou

En ne parvenant pas à grappiller au moins un point face au Dinamo de Moscou, mercredi 14 février, le Chaumont VB 52 Haute-Marne a grillé son dernier “joker” dans ce groupe C de la Ligue des champions. Dans quinze jours, il jouera sa qualification à quitte ou double, à Reims, contre Belchatow.

A une journée de la fin des poules de qualification, tout est relancé dans le groupe C. Après la victoire de Belchatow mardi sur Novosibirsk (3-0), et celle du Dinamo Moscou face au Chaumont VB 52 Haute-Marne hier soir (3-1), seul le leader sibérien est certain de se retrouver au prochain tour. Pour le trio restant, tout se jouera dans quinze jours, notamment pour les Cévébistes qui ont quitté l’une des deux places qualificatives directement pour les “play-off”, après leur revers moscovite, et peuvent même tout perdre en cas de défaite contre Belchatow, à Reims, le 28 février, pour se retrouver dernier de la poule et le dindon de la farce. Alors qu’un point grappillé hier en Russie aurait assuré la qualification…
L’entame de match est rapidement difficile pour les Chaumontais qui ne parviennent pas à ajuster la bonne longueur à l’attaque. Le premier «ace» de Stephen Boyer n’a ainsi aucun effet sur le mental moscovite, à l’image de la belle organisation défensive russe qui, en ces premières minutes, met à mal les ambitions visiteuses (6-5, puis 11-5). Jonas Aguenier tente bien de secouer les siens, avec un block et un service gagnant (11-7), mais le CVB 52 est décidément un ton en-dessous de son hôte du jour, notamment dans le secteur clé du “service/réception” (16-8). Les locaux se promènent, dans un premier acte où les entrées de Michael Saeta et de Wassim Ben Tara amènent un peu de fraîcheur, mais pas de réelles améliorations dans le jeu cévébiste : 25-16 en 25′.
Revanchards, les Haut-Marnais relèvent enfin la tête, face à un Dinamo qui ne connaît plus tout à fait la même réussite au service (6-8). Un geste que les Cévébistes tardent également à rendre efficace. C’est finalement sur des premières balles flottantes que les hommes de Silvano Prandi trouvent quelques failles (13-16). Un avantage que les Chaumontais parviennent à conserver, même quand la pression se fait plus forte (17-18). L’apparition de Michael Saeta au service donne définitivement de l’air aux siens (17-21), pour une égalisation méritée : 19-25 en 27′.

Puis plus rien…

Dans ce duel disputé, la moindre baisse de régime est rapidement sanctionnée. Alors que les Russes ont remis en marche la “machine à services”, les attaques visiteuses se heurtent à un block moscovite inébranlable (10-10, puis 16-10). Un problème que ne connaît pas le Dinamo. Même dans les situations difficiles, les Russes trouvent toujours une solution, sur des angles “impossibles” ou en jouant les mains adverses (19-12). La différence est faite et met le CVB 52 dos au mur : 25-19 en 28′.
Mais en sombrant totalement dès l’entame de quatrième manche, le collectif chaumontais s’engage dans une impasse (6-0). D’autant que ces derniers donnent le bâton pour se faire battre, en multipliant les fautes directes (13-6). Si les services de Nikola Mijailovic empêchent la flamme de s’éteindre (14-11), chaque point marqué par les Haut-Marnais, l’est au prix d’un exploit. Le CVB 52 ne peut tenir sur cette cadence et abdique étrangement en fin de manche, d’une manière inhabituelle, surtout dans cette compétition : 25-18 en 27′.
Les Chaumontais auront tout intérêt à montrer un autre visage, le 28 février à Reims, face à Belchatow, pour ne pas gâcher leurs performances acquises lors de la phase aller.

Laurent Génin