L. Novosibirsk (RUS) – CVB 52 HM (FRA) 3-1

Coup de froid pour le CVB

Mercredi 31 janvier, le Chaumont VB 52 Haute-Marne est revenu bredouille de son déplacement à Novosibirsk (1-3). Une première cette saison en Ligue des champions pour le club cévébiste, qui conserve tout de même la deuxième place qualificative du groupe C, à deux journées de la fin de cette phase de poules.

Les Chaumontais n’auront donc fait illusion que le temps du premier set, mercredi 31 janvier, du côté de Novosirbirsk, où ils disputaient leur quatrième journée de la phase de poules de Ligue des champions. Etant toujours parvenu jusqu’alors à grappiller au moins un point sur chacune de ses sorties européennes cette saison, le Chaumont VB 52 Haute-Marne aurait aimé poursuivre sur sa lancée en Russie.
Et leur entame de rencontre semble confirmer de bonnes dispositions d’ensemble, à l’image d’un Yacine Louati qui donne le tempo au service d’entrée, sans se douter que la suite, pour lui, sur le plan personnel, va peu à peu tourner au cauchemar (3-6). Si les Cévébistes tiennent bon, les Sibériens, eux, mettent la machine en route au fil des minutes. Encore en rodage, les locaux montent cependant la hauteur du block pour freiner de plus en plus de ballons et s’offrir, par conséquent, de plus nombreuses situations de contre-attaques (12-10). En face, les Haut-Marnais aussi parviennent à tenir quelques ballons en défense, au sein de laquelle Bryan Duquette a été préféré à Jérémie Mouiel au poste de libéro. La bagarre au service fait rage et si Yacine Louati connaît une première défaillance en réception à l’entrée du “money time” (22-20), l’entrée en jeu de Michael Saeta est salvatrice pour les visiteurs, qui bénéficient de la qualité de “première balle” de l’Américain pour renverser la situation et prendre l’avantage : 23-25 en 30′.
Une entrée en matière qui a, certes, le don de mettre le CVB 52 en confiance, mais qui a également touché l’orgueil de leurs hôtes du jour. Dès le début de deuxième manche, Novosibirsk sort son atout majeur : une relation “service/block” qui va détruire à petit feu les certitudes adverses (12-8). L’Allemand Georg Grozer, contrairement au match aller, est au rendez-vous dès cette première partie de match, à l’attaque et au service, même si quelques erreurs laissent les Chaumontais sur les talons des locaux au tableau d’affichage (14-14). Mais la qualité et la régularité des services russes commencent à peser dans les têtes cévébistes, et notamment dans celle de Yacine Louati qui perd pied, pris pour cible par les serveurs locaux. Un “ace” de Rodichev vient d’ailleurs offrir l’avantage qu’il fallait aux Sibériens (24-22) pour revenir dans la partie : 25-22 en 27′.

Le CVB désemparé

Ca y est ! Novosibirsk vient de trouver son rythme de croisière, et son jeu très «propre» met en panique un système cévébiste défaillant. Si le pauvre Yacine Louati s’enfonce au fil des minutes, sans autre possibilité de changement qu’une apparition furtive de Jérémie Mouiel sur la ligne arrière, au centre, le duo “Aguenier/Van Doorn” est dominé. Grozer, lui, continue son show auquel Stephen Boyer tente bien de répondre (14-11, puis 16-11), mais la cause est entendue depuis longtemps : 25-19 en 28′.
Le dernier set pousse le désespoir chaumontais à son paroxysme. Approximations et fautes directes sont le lot de Haut-Marnais qui ne semblent plus désormais qu’attendre la fin du match. Chaque geste tenté l’est sans conviction : un aveu d’impuissance qui renforce la domination des Russes, désormais totalement maîtres de la situation (8-5, puis 16-10).
Les intentions n’y sont plus au CVB 52, contrairement à Novosibirsk qui profite allègrement des derniers instants à partager avec son public : 25-18 en 26′.
Le leader de la poule accroît ainsi son avance et assure, deux journées avant la fin de la phase de poules, sa qualification pour le tour suivant. Les Chaumontais, eux, devront montrer une toute autre détermination à Moscou d’abord, puis face à Belchatow ensuite, pour ne pas gâcher le fruit de ses trois premiers matches.

Laurent Génin