Montpellier VUC – CVB 52 HM (3-1)

Rendez-vous raté pour le CVB

Plus que la défaite, c’est surtout la manière dont le Chaumont VB 52 Haute-Marne a été dominé qui peut prêter à inquiétude. Face à des Montpelliérains beaucoup plus frais, les Cévébistes ont dû rendre les armes (3-1).

Samedi 20 janvier, le Chaumont VB 52 Haute-Marne, sans Daniel Jeansen Van Doorn, laissé au repos, a pris une belle leçon, face à des Montpelliérains qui ont totalement maîtrisé leur sujet. Si l’on excepte un deuxième set mieux négocié, les Cévébistes ont surtout paru physiquement émoussés, agissant sur leur lucidité et leur efficacité. Le début de match est d’ailleurs plutôt chaumontais, et sans quelques péchés de gourmandise, comme la passe aérienne de Yacine Louati dans le camp adverse ou l’attaque de Javier Gonzalez hors ligne sur un ballon revenu directement, le CVB 52 aurait peut-être pu creuser l’écart un peu plus rapidement (4-6). Au lieu de cela, les Héraultais restent dans la course et le font savoir (6-6). Tandis que les visiteurs ne trouvent pas la faille par le centre, leurs hôtes, eux, se veulent plus consistants, notamment au block/défense, puis sur contre-attaques (13-11). Les Montpelliérains prennent même un peu plus leurs distances à l’abord du “money time” (21-17, puis 23-19). C’est le moment que choisit Jonas Aguenier pour sortir “la boîte à contres” (24-24), pour un retour vain. Le dernier mot au filet revient aux Héraultais et à Gustavo Delgado : 26-24 en 30′. Ce sursaut d’orgueil a au moins le mérite de remettre les Cévébistes sur le chemin de leurs ambitions. Sur les services de Kévin Rodriguez, qui excelle sur ce geste depuis le début de rencontre, le CVB 52, cette fois, ne gâche pas ses oc-casions de début de set (0-5, puis 4-11). Une avance confortable qui fluctue tout au long de la manche (entre cinq et trois points), mais que les Haut-Marnais parviennent à gérer assez sereinement dans les moments les plus délicats (13-16, puis 14-19), pour logiquement l’emporter : 20-25 en 29′.

De pâles Chaumontais

Après la pause, les Montpelliérains ont visiblement digéré l’échec du set précédent. Beau-coup plus réalistes au service et à l’attaque, ils dominent des Chaumontais qui ont oublié leur agressivité aux vestiaires (9-6, puis 12-7). C’est le moment que choisit Silvano Prandi pour tenter de mettre un peu de sang neuf dans son collectif. Le grand bouleversement (Saeta, Sinkkonen, Duquette et Ben Tara) n’influera pas vraiment sur un scénario idéal pour les locaux (17-11). Ces derniers font cavalier seul et s’imposent avec autorité : 25-16 en 24′.
De retour avec son sept de base, le CVB 52 ne parvient toujours pas à remettre les Héraultais sous pression. A l’image de leurs services que la réception locale maîtrise parfaitement, les Haut-Marnais prennent déjà du retard (8-5), tandis que Montpellier, à l’image de son passeur qui évolue dans un fauteuil, déroule. La leçon est donnée à de bien pâles champions de France (16-11) que le réveil tardif de Stephen Boyer ne suffira pas à secouer. Les locaux n’ont qu’à suivre la voie royale qui leur est tracée : 25-22 en 33′.
Une victoire montpelliéraine qui ne souffre d’aucune contestation, face à des Cévébistes qui ont paru parfois bien amorphes, sans solution et dans l’incapacité de réagir. Dans cinq jours, Tourcoing sera à Jean-Masson et face au physique nordis-te, le CVB 52 aura besoin de
beaucoup plus de répondant.

Laurent Génin