CVB 52 HM (FRA) – L. Novosibirsk (RUS) (2-3)

Le CVB s’en contentera

Le Chaumont VB 52 Haute-Marne ne ressortira pas bredouille de ce troisième match de Ligue des champions.
En prenant un point à Novosibirsk, leader du groupe C, les Cévébistes confortent leur deuxième place avec six points en trois matches, avant la phase retour.

Le Chaumont VB 52 Haute-Marne n’a pas à rougir de sa défaite, mardi 16 janvier, face à Novosibirsk. Dans une salle rémoise de nouveau copieusement garnie, les Cévébistes n’étaient pas loin de réaliser un nouvel exploit. Si l’on excepte la baisse de régime dans la quatrième manche, les hommes de Silvano Prandi ont toujours fait jeu égal avec les Russes
D’ailleurs d’entrée, Silvano Prandi, l’entraîneur chaumontais, donne les clés du camion à Yacine Louati pour débuter la rencontre. Ce dernier, sur la lancée de sa belle prestation face à Ajaccio, met immédiatement à mal la réception visiteuse (3-0). Un avantage intéressant, mais de courte durée, puisqu’en face, l’Allemand Grozer prend, lui aussi, les commandes de son navire avec une première salve de services qui remet les pendules à l’heure (8-9). Dans ce duel disputé, le CVB 52 fait la pluie et le beau temps. Grâce à son duo offensif “Boyer/Mijailovic”, le capital est intéressant, mais quelque peu détérioré cependant par un taux de déchet trop conséquent, notamment au service (16-15). Pas vraiment sollicités à l’attaque, les Russes gardent les rênes sur leur domination au “service/block”
(20-21). Les Cévébistes résistent longtemps, mais abdiquent au final : 27-29 en 37’.
Un premier acte marqué par de nombreuses contestations auprès des arbitres, qui peinent à contenir les acteurs. Côté chaumontais, la deuxième manche repart sur les bases de la première avec, en plus de la qualité de service, une belle solidité au block (6-2). Mais le CVB 52 ne parvient pas à garder ce niveau de jeu. La faute principalement aux grands gabarits russes, et des centraux qui dominent leur sujet au filet (15-17). C’est en rivalisant au block que les Haut-Marnais peuvent reprendre confiance (19-19). Celui sur Grozer dans le “money time” est capital (22-20). Il offre l’avantage définitif aux Chaumontais sur cette manche : 25-22 en 29’.

Le CVB réagit

Le scénario est désormais con-nu : les Chaumontais démarrent fort (3-0), puis subissent le contrecoup (5-7). Sauf que cette fois, la réaction cévébiste est immédiate. Yacine Louati martyrise une nouvelle fois la réception de Novosibirsk sur une série de six services
(14-9), agrémentée d’un block de Nikola Mijailovic (16-10). Cette fois, le CVB 52 ne laisse pas les Russes refaire surface, à l’image d’un Grozer décidément peu dangereux pour les locaux. Les Haut-Marnais s’imposent ; 25-18 en 31’. L’Allemand de Novosibirsk ne peut rester sans réagir. C’est lui qui allume la mèche dans le quatrième set (0-4). Un écart que les Chaumontais ne parviennent pas à réduire (5-9). Les visiteurs haussent le ton, retrouvent du répondant offensivement (8-16). Pour Chaumont, il est déjà temps de penser au “tie-break”. Les entrées du quintette “Ben Tara/Saeta/Sinkkonen/Duquette/Rodriguez” vise clairement à reposer les sortants pour le set décisif. Une opportunité dont profite cette équipe remaniée pour reverdir (10-18, puis 17-21), sans cependant réaliser de miracle : 19-25 en 29’.
Dans ce dernier set décisif, les deux formations restent longtemps au coude-à-coude (9-9). Mais une mauvaise appréciation de la réception locale dans un premier temps, puis le block russe dans un second offrent deux balles de match aux visiteurs. Le CVB 52 en sauvera finalement trois avant de s’incliner : 15-17 en 23’.
Avec six points en trois matches, le CVB 52 reste dans la course à la qualification, avant deux déplacements en Russie qui pourraient s’avérer décisifs.

Laurent Génin