CVB 52 HM (FRA) – Dinamo Moscou (RUS) 3-2

Ce n’est jamais fini !

Mercredi 20 décembre, le Chaumont VB 52 Haute-Marne a décroché une deuxième victoire en Ligue des champions,  à Reims, face au Dinamo Moscou (3-2). Un succès renversant, puisqu’après avoir été menés 2-0, les Cévébistes ont repris les rênes du match.

Le Chaumont VB 52 Haute-Marne a refait le coup de Nice, hier soir, mais en Ligue des champions cette fois, et face à un adversaire d’un tout autre calibre : le Dinamo Moscou. Menés deux sets à zéro, les Haut-Marnais ont trouvé les ressources pour refaire surface dans une salle rémoise René-Tys, totalement acquise à la cause cévébiste : l’autre grande réussite de ce premier match “à domicile”.
Malgré deux “aces” moscovites, le début de match reste en faveur des Chaumontais. Bien organisés en “block/défense”, les Haut-Marnais se montrent particulièrement réalistes en contre-attaque et prennent ainsi le match par le bon bout (3-1, puis 6-3). Profitant de la “main chaude” au service de Javier Gonzalez, les Cévébistes se permettent même de placer leur block avec autorité. Les visiteurs se heurtent à une véritable muraille rouge (13-6). La solution pour les Russes passe par une plus grande qualité au service, mais qui appelle forcément du déchet (13-9, puis 17-12). Il n’empêche que les Moscovites ont pris confiance depuis plusieurs minutes, à l’image d’une plus grande constance, qui leur permet de revenir dans la course (19-19). Les spécificités du jeu russe font alors surface : précision du service, puissance de l’attaque et hauteur de block. En ne parvenant plus à inquiéter la réception visiteuse, le CVB 52 perd la main à l’abord du “money time” (21-22), puis le set : 22-25 en 30′.
Depuis plusieurs minutes, le Dinamo récite sa partition avec virtuosité. Les fausses notes du début de match sont oubliées et les Chaumontais doivent forcément se mettre au diapason pour espérer rester dans la course (8-8). Mais la belle organisation défensive observée dans le premier acte a perdu de sa superbe, pour un CVB qui peine de plus en plus à mettre le ballon à terre. Ce qui n’est plus le cas de Russes expéditifs (15-17), à l’image du duo “Kruglov/Kooy”, beaucoup plus efficace que précédemment. Ce premier “break” visiteur fait mal au moral haut-marnais, et plus l’écart grandit (18-22), moins les Cévébistes prennent de risques, facilitant la tâche de Moscovites qui se dirigent sereinement vers le gain de la deuxième manche : 19-25 en 25′.

Le CVB ne lâche pas sa proie

Si les Cévébistes entament parfaitement le troisième set (3-1, puis 7-5), les Moscovites trouvent toujours les moyens d’annihiler rapidement les sourires sur les visages adverses (4-4, puis 7-7). C’est par le centre, et grâce à la bonne lecture du jeu adverse au contre du duo “Jansen Van Doorn/Aguenier”, que le CVB 52 peut faire impression (16-14). Si les Russes commettent beaucoup de fautes, les Haut-Marnais doivent absolument négocier ce nouveau “money time” avec plus d’aplomb que les précédents. Poussés par le public rémois, les Chaumontais tiennent bon : 25-22 en 30′.
Le Dinamo l’a compris : il dit resserrer les rangs s’il ne veut pas gaspiller de points sur ce match. La relation “service/block” est à son apogée et les quatre contres gagnants russes consécutifs ombragent sérieusement l’avenir cévébiste (6-11). C’est sans compter sur la détermination de Jonas Aguenier, dont les précieux services sèment la panique dans le camp visiteur (14-14). De retour aux affaires, le CVB 52 surfe sur cette euphorie. Avec le brin de réussite qu’il faut, les Haut-Marnais égalisent à deux sets partout : 25-22 en 27′.
Si le “tie-break” démarre tambour battant pour les Chaumontais (4-1), les Moscovites ne baissent pas les bras (5-5). Mais depuis son retour dans le quatrième set, Yacine Louati a retrouvé le geste juste, notamment au service (10-8). Deux points d’avance qui vont faire le bonheur de l’équipe jusqu’à la première balle de match que Nikola Mijailovic conclut sur un nouvel “ace” : 15-11 en 15′. Monstrueux !
Une victoire qui permet au CVB 52 de conserver sa deuxième place de la poule qualificative pour la suite de la compétition et de creuser un peu plus l’écart avec les deux derniers (Moscou et Belchatow).
Laurent Génin